Chapitre 3

La controverse de Valladolid.

     Cet après midi ils prévoient de faire deux balades : Le « Belles on Wheels » ride et le « Bastards » ride. On verra bien qui sera au rendez vous ! Pour l’heure, je sue à grosses gouttes sous un soleil de plomb et la foule est toujours là, de plus en plus dense au fil de la journée. Je suis en train d’avancer dans le « flow », donnant des coups de machette à droite et à gauche pour me frayer un chemin (c’est une image bien sûr!), recevant une tape chaleureuse sur l’épaule, chaque fois que je croise un gars du « Crew ». J’arrive au milieu des « Belles on Wheels », sur le point de partir pour leur balade.

     Je les adore ces guerrières ! « Putain, c’est moi qui ai dit ça ? » Ben oui, c’était bien moi. Les claquages d’épaule, les sourires des gars, les nanas sur le départ, l’ambiance…trop d’émotion, même pour un vieux routard comme moi. J’ai sauté à la perche par dessus le mur de Berlin, sous le tir nourri des « orgues de Staline », passé 6 mois au Kamtchatka enfermé dans une cage en bambou sans boire ni manger, failli périr broyé par les pales d’un cargo dans le canal de Panama et tout ça, sans jamais perdre de vue ma mission.

      Mais là, c’en était trop ! Ils avaient trouvé le moyen de me « retourner ». Et si toutes ces photos de filatures pouvaient servir à autre chose que faire tomber cette « organisation » ?

     J’ai alors pris mon téléphone pour envoyer un SMS en haut lieu : « Je sais que vous n’êtes pas très bons en langues étrangères, mais peut être comprendrez vous ce petit message. Fuck you ! » Et voilà, le tour était joué.

     Il fallait maintenant que je prévienne les Wiz and Vayz qu’ils ne seraient pas payés pour ce boulot et que c’était la dernière mission de leur courte carrière. Le dimanche se passa comme le samedi : Du monde, des bécanes, de la bonne bière, des sourires, des rencontres.

     Le Royal Cambouis est passé, accompagné du bon son des « ShoreBreakers », de « Stagger Lee » et des « Muddy Buddies ».

     Après un bilan plus que positif, les avis vont bon train sur ce qui va être fait l’année prochaine. Et pour moi ? Ayant perdu mon boulot, je vais essayer de m’enquiller comme roadie chez Black Pearl !