Chapitre 2

La diagonale du fou.

1I2A9672

     Et voilà, encore un réveil à la « D » day (Doliprane day) avec un mal de crâne à t’en faire tomber les cheveux ! Une douche rapide et un gros dej’ (comme un petit dej’ mais en plus gros!) et me voilà parti pour débarquer l’attirail de Black Pearl. Bien sûr j’arrive en retard et le boss me regarde de travers. Si je ne veux pas griller ma couverture, il faut que je fasse profil bas. Pas de Wiz and Vayz en vue.

     Je commence à compter les gars du gang : Ils sont nombreux. Selon comment tournent les choses, il nous faudra du renfort. Rendez vous compte, cette organisation s’est infiltrée jusque dans les bureaux du maire et ils ont même le concours de la maréchaussée ! Alors, si ça ce n’est pas : « avoir les épaules plus larges que le piano de Gilbert Bécaud… » je n’y comprends rien ! Ils ont obtenu le meilleur site de Sausset-les-Pins, cette petite ville de bord de mer…En fin limier, j’essaie de mettre toutes les infos bout à bout, mais le Doliprane tarde à faire effet.

     Maintenant j’en suis sûr, des têtes vont tomber. Les invités montent leurs cahutes pour la « grande fête ». Le comble c’est que les « Royal Bastards » ont intentionnellement et d’une manière assez ironique, dressé un décor pour prendre des « mugs shots ». C’est décidé, ce panneau me servira d’une manière ou d’une autre à faire un trombinoscope des « Bastards ». Tel est pris qui croyait prendre ! Je sympathise avec tout le monde. « salut, ça va ? », « une petite photo ? », « tu veux pas te mettre devant le panneau ? »…j’ai du répéter ces phrases une centaine de fois.

     Mais ça a payé et j’en conclue qu’ils sont très à l’aise avec les photos de commissariats. Qui dit à l’aise dit : « habitude ». Tous complices je vous dis ! Et puis tous ces gens qui viennent pour la kermesse, le « Royal Cambouis », l’événement le plus important de l’année ! Tout le gratin est là et les Italiens de Shangri-La Heritage ont du amener le Chianti pour l’accompagner (le gratin!)

1I2A0372

     Je croise le Vayz, vautré dans un fauteuil Club sur le stand « Royal Enfield ». Pas sûr de son efficacité à cette heure de la journée. Le Wiz, quand à lui, très en forme, est toujours sur la mission qu’il s’est auto-confié.

     Il y a beaucoup de monde, je n’aurai aucun mal à me fondre dans la foule. Je passe de stand en stand pour des renseignements. Taverne, Ducati, Yamaha, Indian…tous sont unanimes : « Rien à dire ! Super organisation !»

     Du coté des « Bastards », enfin du « Staff » comme ils se désignent eux mêmes, ce sont de super acteurs. Ils font comme si ils s’occupaient de l’événement et je dois dire que c’est bluffant !

     J’essaie d’aller voir Volpi, Ortolani, Vince…pas plus d’infos, mais vu leurs noms je pense de suite : Omerta ! Je profite des mouvements de foule pour regagner le stand Black Pearl.