TENUE DE SOIREE

     C’est donc après un repas un peu arrosé que nous partons du bar Jean vers la place du Port Vieux, centre ville de Biarritz (pour les néophytes) Devant le café Miguel une horde de « djeun’s » a pris d’assaut la chaussée.

1I2A4963

     Entre les « burns » intempestifs et les coups de rupteurs inutiles, je tâte mes poches à la recherche d’une plaquette de Doliprane et de mon inhalateur de Ventoline. Bon, il faut bien que jeunesse se passe !

1I2A4981

     On rencontre des tas de gens qu’on connaît, fins bourrés, titubant sur le trottoir, beuglant comme des castors à la saison des amours (j’ai les noms, je vous les donne en MP!) et il n’est pas encore 23 heures (ha haha ! Ça c’est juste un « joke » pour ceux qui étaient avec moi et je suis sûr qu’ils vont rapidement faire le lien!)

DEUS SWANK RALLY

     Guy a bien dormi et ça tombe bien puisqu’il sera donc de bon poil ! Départ pour le Swank Rally, une course d’enduro à Saint-Pée-sur-Nivelles, ça ne s’invente pas un nom pareil !

1I2A5086

     Pour une fois on est bon, c’est rapide (quand c’est bien il faut le dire aussi!) Les pilotes revisitent la chanson de Gainsbourg « la gadoue ».

1I2A5053

     Deux Italiens sont embourbés jusqu’au phare sur le circuit. Il y a du Blitz, il y a du Prat, on va se régaler parce que les mecs sont pas là pour rigoler ! Travelling avant et plan Américain : Tous sont à peu près dans la même tenue, la mode est lancée ! « La maculée conception de la grande église catalytique ».

1I2A5094

      Il y a de la casse, de la réparation, de la fatigue mais globalement un sourire béat traîne sur tous les visages : ils prennent leur pied !

     De retour sur le parking, c’est un peu « le déjeuner sur l’herbe » façon XXIème siècle. On croise des « babes rideuses » et comme j’ai failli à la règle des 1/20, je me rattrape largement avec une belle rafale.

1I2A5250

ON VEUT DES HEROS

1I2A5317

     Le repas de midi se prendra au village, là aussi, la route se fait sans encombres. Dès notre arrivée, je sors mon boîtier. Alors que j’attends avec le groupe au milieu des tentes et des « food trucks », une silhouette familière, avec casquette et Perfecto siglé « Bell Helmets », m’interpelle : Monsieur Brian Bent.

     Bon, Brian c’est un peu mon idole. Artiste accompli et reconnu, surfer, skater et amateur de « rat rods » il a une dégaine qu’on ne peut pas oublier. Et moi je suis là, avec mon appareil photo, à faire la groupie apeurée.

     Je shoote, il me regarde, je re-shoote, il me re-regarde…je fais le tour je tente le coup ? Hop je shoote et je fais semblant de pas l’avoir shooté…Non je ne suis pas allé le brancher mais je l’ai vu et c’est ce qui compte ! Comme je verrai plus tard Steve Caballero, Christian Hosoi ou Robert Vargas. C’était « the place to be » et « this place, I was » !