BIARRITZ CITY LIGHTS

1I2A4338

     Après une installation rapide et stratégique (on isole Guy qui ne supporte pas les ronflements!) on saute sur les bécanes et direction le centre ville où, après s’être légèrement perdus, on arrive à notre première soirée « dépucelage Wheels and Waves » : Deus, the tenement of tenacity.

1I2A4353

     Isa, qui a splitté du groupe à Biarritz pour aller s’installer dans son « chez elle », est arrivée en éclaireur. Elle a déjà commandé les tapas et la bière, y’a plus qu’à se goinfrer ! Je vous donne son « 06 » à la fin de l’histoire ! Des motos à n’en plus finir. Des belles et des moins intéressantes.

     Des inattendues et des carrément banales. Mais comme on dit : « j’aime pas ta bécane mais après tout, c’est ta bécane ! » Et c’est une bonne soirée. Je ne suis pas franchement pro-Deus, mais je dois dire qu’il savent recevoir. On rencontre des gens, on prend la température (bon pas à tout le monde, c’est un peu fastidieux!) Comme on ne reste jamais au même endroit très longtemps (c’est ce qui se fait, il paraît!) on décide d’aller manger un morceau aux halles.

1I2A4355

ON VA AU BAR JEAN, GROS ?

1I2A4510

     On suit Isa, plus fiable niveau GPS, jusqu’au bar Jean, aux halles, Biarritz, centre ville pour ceux qui ne connaissent pas. C’est chaud ! Ça grouille ! Ça branche gentiment ! Ça discute ! Bref c’est bien.

1I2A4513

     On s’enfile quelques tapas et une ou deux mousses pour faire passer le « bitin ». On se marre bien, un peu sur le compte des autres…on fait nos « langues de putes », on a 15 ans, 16 grand max ! « Allez on bouge, gros ? » C’est le signal. Un saut de puce plus tard, on est dans un bar ou Mr Allard (Regarfix) fait son show en appliquant de la one-shot en mode live, sur un casque.

MILOU ET LE QUEBECQUOIS

1I2A4477

     On se prend quelques bières au comptoir extérieur. Avec ma veste à franges, je commence à me faire des potes. Milou, un ex légionnaire bourré mais sympa, avec qui on va essayer de communiquer.

1I2A4499.JPG

     Une sexa’ qui me dit en balayant les franges de ma manche : « Oh, I love it ! Very nice !» Un Canadien qui me demande de quelle tribu je viens. Il va même nous chanter une chanson Acadienne.

1I2A4466

     Un vrai délire. À l’intérieur, Franck Margerin fait des dédicaces, et devinez qui on retrouve, assise en face de lui, à se faire dédicacer un T-shirt ? Miss Isa (sans son chauffeur), sourire radieux, à fond la forme, qui se demande déjà si elle ne va pas se prendre un autre T-shirt parce que c’est trop cool !

1I2A4480

Isa : 06/12/34/56/78