J’ai rencontré Audrey lors d’une soirée. Discutes que tu discutes, elle me montre les « fruits de sa passion » : quelques photos de ses œuvres au pastel sec, à la va-vite, sur son téléphone portable. La discussion qui s’en suit prend cette tournure que j’adore, dans des soirées où tu ne connais personne et où tu es le seul à applaudir le pianiste, qui essaie tant bien que mal d’ambiancer la soirée dans l’indifférence générale.

FB_IMG_1435922132456

     Audrey Gritti, cette Marseillaise fille d’un ébéniste et d’une employée de banque, est une artiste intelligente et douée, travailleuse et passionnée. Vous me connaissez bien maintenant ? Je ne suis pas là pour meubler mon site avec du « n’importe quoi », juste pour écrire un article. J’ai vraiment adoré ses pastels.

20161105_201606

     Ils me font penser à un mix entre les vielles photos colorisées, l’art Japonais et l’hyper réalisme. Des noms d’artistes me viennent à l’esprit assez rapidement et j’ai envie d’en savoir plus.

20140326_160338

     Dès son plus jeune âge elle dessine, dessine et dessine encore, jusqu’au jour où dans ce cerveau d’enfant de 10 ans germe l’idée qu’elle pourrait être styliste de mode. Pour sa famille c’est une gamine normale. Pour le reste du monde c’est une surdouée. Elle se voit surtout comme quelqu’un avec beaucoup de facilités qu’il faut constamment étoffer de travail, d’exercice et de connaissances. Elle est passée par la peinture à l’huile, l’acrylique et d’autres techniques, mais son outil de prédilection, c’est bel et bien le pastel sec. Pour la petite histoire, elle demandera au plus grand fabricant au monde de pastels (« La maison du pastel » à Paris) de lui créer une gamme de dégradés qui n’existait pas (du vert au rouge) « Ils viennent tout juste de créer une gamme de couleurs dégradées du « Vert au violet », absolument magnifique, ça a dû les inspirer… » mais parlons un peu de son travail.

20140511_171946

 

     Ce qui la différencie des hyper réalistes (à mon avis!) c’est sa manière personnelle qu’elle a de coller à la réalité. Elle ne reproduit pas fidèlement et académiquement chaque sujet. Elle s’approprie, invente ou réinvente. Elle réchauffe ou refroidit. Mais dans tous les cas, ce qui l’intéresse vraiment, c’est la lumière : « Je recadre la photo pour mettre en valeur le sujet, j’accentue certains détails, j’en fais avancer certains au premier plan grâce aux couleurs chaudes, j’en fait reculer certains grâce aux couleurs froides, j’en fait oublier d’autres que je fonds dans le décor … et si on observe bien, le résultat diffère bien de la photo originale. »

     Cette gamine qui voulait être styliste a grandi et aimerait maintenant exposer son travail et je pense qu’elle le mérite largement. Il ne lui reste plus qu’à se remettre au travail et si, comme elle dit, « tout ce qui nous tue pas nous rend plus fort », souhaitons lui un grand succès.

 

Onc’Jim pour CREATIVE BRIGADE