En 4 lettres : blouson /qui coule dans les veines.

1928. Irving Schott, passionné de moto, toujours un Cubain en bouche (un cigare pas un autochtone!) crée un blouson pour la firme Harley Davidson. Un blouson pratique, résistant, en cuir de cheval, avec des pressions au col pour qu’il ne batte pas au vent, des Zip aux manches pour éviter à l’air d’entrer, avec une ceinture ajustable maintenue au dos par un morceau de cuir cousu. Vendu $5,5 par les détaillants, le « perf’ » fait sa grande entrée dans le monde de la motocyclette.

Je suis sûr que vous voulez savoir d’où vient ce nom à consonance Espagnole ? Le brave Irving ne fumait que des cigares de la marque « perfecto » !

Vavoom !