Le malentendu : épisode 1

     Marseille, 1985. Maurice est concessionnaire Suzuki. Il a un petit garage qui marche bien, mais par dessus tout, c’est un passionné. Un jour, en déplacement a Paris, il rencontre le directeur export Japonais, qui lui dit dans un Français à l’accent du soleil levant : « Vous, 24 heures du Mans ? » et Maurice de répondre par un des trois mots d’Anglais qu’il connaît (avec son timbre de voix plein de cigales, d’aïoli et de bonne mère) : « Yes, yes ! » .

dav

     15 jours plus tard, Mr Tamaï, responsable Suzuki, annonce à Maurice que le Japon va lui livrer une moto d’usine : une des huit 750 GSXR fabriquées, le premier modèle avec cadre aluminium, afin de la préparer pour les 24 heures du Mans. Que je vous explique ! En disant « Yes, yes ! » au directeur export, il pensait que ce dernier lui demandait si il allait voir la course en spectateur. Mais, non ! Il lui demandait si il voulait bien préparer une machine pour y participer. Les quiproquos parfois peuvent changer le cours d’une histoire ou d’une existence et c’est un peu ce qui va se passer. Maurice, connaissant la susceptibilité des Nippons, n’ose pas refuser et à deux mois des 24 heures, prépare la 750 avec son équipe. Ils travaillent tous d’arrache pied sur la GSXR qui doit être un peu l’ambassadrice de toutes celles qui seront construites par la suite et sa participation à la course est un challenge. Après plusieurs essais sur le circuit Paul Ricard, la moto est prête dans les temps. C’est là que vous sortez la bouteille de « 51 » et les « cahuètes ». Apéro pour tous jusqu’à la semaine prochaine et l’épisode 2 : Les préparatifs.

English

Marseille, 1985. Maurice is a Suzuki dealer. He has a small garage that works well, but above all, he is passionate. One day, traveling to Paris, he meets the Japanese export manager, who tells him in a French accent of the rising sun: « You, 24 hours of Le Mans? And Maurice to answer by one of the three words of English he knows (with his voice full of cicadas, aioli and good mother): « Yes, yes! ». 15 days later, Mr Tamaï, Suzuki manager, announces to Maurice, that Suzuki Japan will deliver a motorcycle factory : one of eight 750 GSXR manufactured, the first model with aluminum frame, to prepare for the 24 hours of Le Mans . Let me explain! Saying « Yes, yes! » To the export manager, he thought he was asking if he was going to see the race as a spectator. But no ! He asked him if he wanted to prepare a machine to participate. Sometimes misunderstandings can change the course of a story or an existence and that’s a bit of what’s going to happen. Maurice, knowing the susceptibility of the Japanese, does not dare refuse and two months before le Mans, prepares the 750 with his team. They are all hard at work on the GSXR which must be the ambassador for all those that will be built afterwards and participation in the race is a challenge. After several tests on the circuit Paul Ricard, the bike is ready in time. This is where you take out the bottle of « 51 » and the « peanuts ». Aperitif for everyone until next week and episode 2: Preparations.